Thierry Roland est mort

Il y a l'apparent plaisir de ces pères qui vont à la synagogue avec leurs fils. Il y a la gêne de la fille qui part de la boulangerie avec un sac plein de viennoiseries et qui n'arrive pas à dire au revoir tant elle a déjà la bouche pleine quand elle passe la porte. Il y a le marchand de fruits et légumes qui est en train de répartir les fraises pourries dans les barquettes. Il y a ce café où un type débarque en costard, prend une bière et montre les vidéos du concert de Johnny au patron.

Il y a Rock Collection qui est interrompue à la radio pour l'annonce de la mort de Thierry Roland.

"Deuil national", c'est ce que réclame le patron du bistrot. 

Il y a le petit vieux qui attend l'air hagard devant la boulangerie, l'Huma, le Figaro et le Monde dans les mains. On attendrait presque avec lui jusqu'à ce que la boulangère sorte, lui tende un pain au chocolat et lui arrache l'Huma des mains tout en lui disant "elle n'est plus là, vous vous souvenez?! Et puis ne lisez pas ça, vous allez encore vous énerver!" 

Il y en a des choses qui se passent entre 7 et 9h le samedi matin le long de l'avenue Secrétan...

  /  Permalink  /